La machine est lancée

CFA 2 Après la victoire de l’ASC Biesheim sur le terrain de l’ASIM (1-2)

L’an dernier, l’ASC Biesheim avait attendu le mois de février pour s’imposer une première fois hors de ses bases, sur la pelouse de Sarreguemines. Cette saison, les hommes d’Hervé Milazzo ont levé les bras dès la troisième rencontre à l’extérieur.
Le défenseur biesheimois Florent Finance (en bleu) préfère ne pas s’enflammer.

Florent Finance, le défenseur biesheimois, savoure le bon début de saison de son équipe. « L’an dernier, nous avions attendu février pour notre première victoire à l’extérieur, puis le mois de mars pour signer notre troisième succès. Cette année, nous l’avons obtenu au bout de six journées, donc le début de saison est un peu meilleur. Aujourd’hui, c’est un plaisir d’être cinquième, même si nous n’avons que cinq points d’avance sur Haguenau. »
Cette nouvelle dynamique s’explique par le vécu en commun de tout un groupe. « C’est la deuxième année qu’Hervé Milazzo est là. Il fallait du temps pour qu’il mette des choses en place », souligne Florent Finance.

« Je n’ai jamais connu la descente »
Cette saison est donc lancée sur de bons rails, même si le solide défenseur ne s’enflamme pas. « L’an dernier, nous avons souvent été en mauvaise posture, rappelle le kinésithérapeute. Comme c’est un peu serré, nous pouvons vite nous retrouver derrière. Si nous pouvions rester entre la quatrième et la sixième place, ce serait parfait. Mais ne soyons pas trop gourmands. »
La prochaine rencontre, face à Pagny, sera une occasion de plus de rester dans le haut du tableau. « Cela fait quinze ans que je suis au club et je n’ai jamais connu la descente, même si l’an dernier, nous nous sommes maintenus à l’arraché », observe Florent Finance.

Gilles Mastroianni avait prévenu récemment que si l’ASCB voulait « réaliser un bon début de saison, elle devait prendre les trois points » ce week-end sur le terrain de l’ASIM. C’est chose faite.
Certes, les Rhénans ont souffert, mais ils peuvent se targuer d’avoir marqué sur leurs temps forts et sur deux coups de pied arrêtés. Dans les matches de haut niveau, les phases arrêtées sont devenues une arme redoutable et travaillée. « C’est un aspect important, il ne faut pas le négliger, en convient le natif de Bennwihr. Nous avons de bons atouts sur les coups de pied arrêtés. Notre groupe est plus homogène et comme l’ambiance est top, nous travaillons avec plaisir. »

IMG_0080

Jorge De Carvalho

Source : DNA 17/10

Les partenaires Premium

ABEDIS
CREDIT MUTUEL VAUBAN
Source de Soultzmatt
Leclerc l
Sources de Soultzmatt
Assurance Nagor
Sport 2000 Sélestat